-> retour à la liste <-

BEN ET CHIRAC

2004-10-13
BEN ET MR LE PRESIDENT CHIRAC
Ce soir c'est pas un poème que je vous propose mais une réaction
J'ai lu il y a quelques jours de cela dans la presse le discours de Chirac a Hanoi et je me suis dit qu'est-ce qu'il parle bien voilà un grand défenseur de la diversité culturelle du monde qui en combattant l'hégémonie des puissants vient au secours des faibles cultures en danger de disparition bravo !

OUI CHIRAC PARLE TRES BIEN
LA PREUVE :
j'ai lu que
Au deuxième jour de sa visite au Vietnam, Jacques Chirac s'est fait l'avocat de la " diversité culturelle ", en mettant en garde contre une hégémonie américaine qui donnerait naissance à une " sous-culture générale dans le monde ".
Le président français a profité d'un dialogue avec des étudiants vietnamiens au Centre culturel français d'Hanoi pour développer des thèmes qui lui sont chers : la diversité culturelle, le développement durable ou la lutte contre la pauvreté dans le monde.
Jacques Chirac a ainsi rappelé que la France s'opposait aux Etats-Unis, dans le cadre des négociations au sein de l'Organisation mondiale du commerce en particulier, sur le thème de la " diversité culturelle ". Le Vietnam, candidat à l'entrée dans l'OMC avec le soutien de Paris, n'a pas encore pris position sur ce sujet.
Des biens " pas comme les autres "
" Nos amis américains (.) disent :'' les pays ne peuvent pas apporter des aides financières à leur propre culture, à leur littérature, à leur cinéma, à leurs médias, parce que cela fausse le marché''". Mais " les biens culturels ne sont pas des biens comme les autres ", a-t-il plaidé. " Il faut les respecter. Il faut les aider ".
Dans le cas contraire, cela aboutirait, selon Jacques Chirac, à ce que " toutes les expressions culturelles (soient) étouffées au bénéfice de la seule culture américaine " celle-ci ayant " tendance un peu à effacer les autres ".
Et " le résultat, c'est que l'on risque d'étouffer la création culturelle de tous les autres et finir par avoir une sous-culture générale dans le monde ", a lâché Jacques Chirac. De même, " si nous arrivions dans un monde où il y aurait une seule langue, cela voudrait dire une seule culture ".
(pris sur le net)
(http://www.bienpublic.com/francemonde/20041008).BPA0062.html?0237

OUI CHIRAC PARLE BIEN A BERLIN IL DIT
(27 juin 2000)
"Au-delà de ses frontières, l’Union européenne fait entendre sa voix. Elle plaide pour une organisation internationale des échanges plus équilibrée, attentive au mieux-être des individus et respectueuse de la diversité culturelle du monde".


OUI MAIS ALORS POURQUOI ?

le Mercredi 23 juin 1999: J. Chirac refuse la révision constitutionnelle qui serait nécessaire pour que la charte des langues et des cultures minoritaires soit ratifiée.
D'après une dépêche de Reuters:
[...] Jacques Chirac estime, en s'appuyant sur l'avis du Conseil Constitutionnel que "la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires" va "très au delà" du soutien et de la reconnaissance des langues régionales. "Dans ces conditions, le président de la République ne souhaite pas prendre l'initiative d'une révision constitutionnelle qui porterait atteinte aux principes fondamentaux de notre République".

ET IL DECIDE CELA BIEN QUE

En France : une opinion y soit très favorable.
Deux sondages réalisés par l'IFOP à quelques années d'intervalle montrent à quel point le pouvoir politique est déphasé par rapport à la société :
en 1994 ,on trouve 77 % de réponses favorables à la ratification de la Charte, tandis que 15 % y sont opposés, 8 % étant sans opinion. en 2000, 82 % des sondés se disent favorables à la ratification, 17 % rejettent cette idée, et seulement 1 % ne se prononcent pas. 79 % des personnes interrogées se déclarent favorables à une modification de la Constitution pour pouvoir appliquer la Charte.
Le fait que pratiquement tous les sondés émettent une opinion tend à prouver que le vif débat né de la décision du Conseil Constitutionnel en 1999 à contribué à sensibiliser l'opinion et à renforcer sa conviction que la France doit rejoindre les pays ayant déjà adopté la Charte .

(http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/france_politik_minorites.htm)

De façon générale, les associations des communautés régionales manifestent beaucoup d'insatisfaction à l'égard de ce qu’ils considèrent comme des "droits" insuffisants, que ce soit dans les domaines de la législation, la justice, l’administration, l’enseignement, la culture, les médias, l’affichage, etc.
Bien que plusieurs Français affirment qu'il s'agit là de "petites minorités", les associations pour la promotion et la reconnaissance des langues régionales se font de plus en plus entendre, par exemple à Bayonne (pour le Basque), à Rennes (pour le Breton) ou à Strasbourg (pour l’Alsacien), et pourraient bien faire tache d'huile. Ce n'est pas pour rien que beaucoup d'observateurs extérieurs — et ils ne sont pas forcément stupides — considèrent l'attitude de la France presque scandaleuse à cet égard.

LA MURAILLE JACOBINE LEZARDEE
Toutefois, cette situation pourrait prendre fin dans les prochaines années, et la muraille jacobine pourrait bien se lézarder. D’une part, l’opinion publique européenne risque de prendre parti contre la France qui a trop longtemps hésité à adhérer à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992; d’autre part, la France aura de moins en moins le choix, surtout depuis que les gouvernements de l'Allemagne, de l'Espagne et du Royaume-Uni, c’est-à-dire tous les grands voisins immédiats (sauf l'Italie) ont signé et ratifié la Charte européenne. La France sera amenée, peut-être malgré elle, à suivre le mouvement et apprendre à ramer dans le même sens que les autres.

Plusieurs dirigeants français ont trouvé particulièrement honteux d’entendre ou de lire dans la presse française ces propos de Jordi Pujol, le président du gouvernement (Generalitat) de la Catalogne en Espagne:
"Il faut trouver un équilibre entre la défense de notre identité et notre ouverture vers l'extérieur. Nous avons d'abord besoin de protéger notre culture. Idéalement, nos enfants devraient savoir parler le catalan, l'espagnol, l'anglais et le français. Il ne s'agit donc pas d'une attitude d'isolement et mes nombreux voyages à l'étranger le prouvent. Mais nous ne voudrons jamais, jamais, que notre culture et notre langue catalane connaissent le même sort qu'en France."(que la culture occitane)

(http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/france_politik_minorites.htm)

VOILA ALORS VU QUE JE SUIS DE CEUX QUI DOUTE JE ME DEMANDE SIMPLEMENT SI L'INTERET DE CHIRAC POUR LA DIVERSITE CULTURELLE DU MONDE EST SINCERE OU SI SIMPLEMENT ELLE S'ARRETE, COMME LE NUAGE DE TCHERNOBYL, A LA FRANCE.

Ben

Ps - Personnellement je suis persuadé que la francophonie ne perdrait rien à ratifier cette charte.
Voila c'etait mon point de vue du soir
JE VOUS rapelle que vous pouvez vous desabonner