ANNIE PARLE AUSSI

2003-04-22


ANNIE SUR BEN)
On peut sans se tromper dire que si j'émets une opinion contraire à la tienne ça te fâche, si je désire classer mon travail pour m'y retrouver plus facilement, ça te fâche, si je veux terminer une chose à peu près complètement avant de passer à une autre, ça te fâche.
Si je suis en train de corriger un texte difficile, je dois le laisser tomber dans la seconde pour faire autre chose s'il t'en prend l'idée subite. Le moindre retard de ma part équivaut à : ah ça y est j'ai perdu mon idée ! je ne sais plus ce que je devais faire... (avec le ton d'une catastrophe mondiale)
les dix commandements de Ben
Pas de musique pour travailler
dicter à toute allure en se mettant à hurler et à manipulant la souris nerveusement sur mon épaule, à ma place pour une manipulation que je peux très bien faire,
ne rien dire
que le courrier soit envoyé ou pas ça ne va pas
s'il l'est : pourquoi déjà ? tout y était ?
s'il ne l'est pas : pourquoi ce n'est pas parti ?
interdiction d'aller faire pipi car c'est une prise de position de ma part contre le travail de Ben
Quand je suis pour qu’il accepte une expo : tu ne te rends pas compte ce que tu me mets sur le dos...
quand je suis contre : mais c'est pas toi qui nous fera bouffer...
Quand je suis contre une pub : mais c'est pas toi qui nous fera .... etc
Quand je suis pour : mais c'est ça demande-moi de me faire enculer...
Quand on me demande d'intervenir pour un projet je réponds et c'est la vérité : si j'interviens c'est le bon moyen pour que ça capote car je deviens suspecte de sympathie avec vous et le projet, donc je vous aide à poignarder Ben dans le dos donc...
et quant aux enfants c'est la même chose, ou bien ils sont
trop proches de moi donc contre toi
ou bien ils ne t'aiment pas et bien sûr c'est de ma faute,
et ce qu'il faut surtout qu'ils sachent c'est que moi je n'ai aucun pouvoir, aucun argent que c'est toi qui décide de tout.
Quand j’achète une bricole pour Mona ou un autre de mes petits enfants : et dis bien que c’est moi qui le donne.
Et ça au bout de bientôt 40 ans de travail et de vie en commun !